Il y a quelques jours, Netflix proposait un nouveau film turc intitulé « 7. Koğuştaki Mucize ». A vitesse grand V, l’histoire en a ému plus d’un(e) et continue d’agiter la Toile. En même temps, en cette période de confinement aux quatre coins du monde, celui-ci tombe à pique !

Hier soir, nous vous proposions un résumé de 7. Koğuştaki Mucize, le film dont tout le monde parle. D’ailleurs, Thibault Garcia a lui non plus pas réussi à contenir son émotion. « C’est le film qui m’a fait le plus pleurer de ma vie. J’ai pleuré à chaudes larmes. Avec les sanglots et tout (…) On a pleuré 25 fois pendant le film. Je n’ai jamais vu ça. Même Intouchables, je n’ai pas autant pleuré. Si vous regardez le film, préparez les mouchoirs », a-t-il confié sur Snapchat.

Pour ceux qui ont regardé ce chef d’oeuvre, nous vous proposons de revenir sur la fin du film. Après avoir autant entendu parler du « borgne géant » qui aurait vu toute la scène, Ova a décidé de se rendre vers ce fameux gros rocher situé sur une falaise. Elle y croise un déserteur qui peut trouver le moyen de le sauver. Pourtant il fuit au lieu d’aider la petite fille. Seulement voilà, en entendant cela, les détenus vont tout faire pour aider Memo. Entre temps, Mamie meurt en entendant que Ova est partie rejoindre son papa en prison.

Le hic ? Le chef de l’armée ne veut rien entendre et tuer Memo malgré tout. Il n’arrive pas à admettre que sa fille a pu mourir toute seule. Yusuf Aga échange sa place contre celle de Memo en coopération avec le directeur de la prison. Grâce à un accident, il ne voit pas l’identité du pendu.

7-kogustaki-mucize-filmini-kac-kisi-izledi-12526378_o

Mais qui est-il ? Ova a reconnu un arbre sur le dessin sur le mur du prisonnier. C’est à cet endroit que Yusuf Aga aurait enterré sa fille qui allait se marier et donc… peut-être bien la mère de la fillette. Ainsi, il pourrait être son grand père. Il l’aurait assassinée à cause de la honte qu’il ressentait que son enfant fasse sa vie avec un handicapé. De plus, on peut voir qu’il a eu une certaine tendresse lorsqu’il a voulu lui toucher la joue. Mais Memo a pris sa fille dans ses bras afin qu’elle ne s’approche pas de lui… Par peur ? Comme s’il l’avait reconnu ?

S’ajoute à cela, le fait que l’arbre est montré à de nombreuses reprises dans le film comme s’il portait la réponse à tout. Ainsi, on peut deviner que Yusuf Aga pourrait sauver sa famille et se racheter en se sacrifiant. Autre détail, le prisonnier a donné une boîte d’allumettes en aluminium à Ova avant de mourir en précisant qu’il s’agissait de la seule chose qu’il lui restait de sa vie. La date change et on apprend que la peine de mort vient d’être abolie. La mariée est Ova. Elle prend cette fameuse boîte et finit par pleurer. Pense-t-elle à cet homme qui s’est sacrifié pour qu’elle grandisse avec son papa ? Une happy end déchirante malgré tout !

Il y a quelques jours, Netflix proposait un nouveau film turc intitulé « 7. Koğuştaki Mucize ». A vitesse grand V, l’histoire en a ému plus d’un(e) et continue d’agiter la Toile. En même temps, en cette période de confinement aux quatre coins du monde, celui-ci tombe à pique !

Hier soir, nous vous proposions un résumé de 7. Koğuştaki Mucize, le film dont tout le monde parle. D’ailleurs, Thibault Garcia a lui non plus pas réussi à contenir son émotion. « C’est le film qui m’a fait le plus pleurer de ma vie. J’ai pleuré à chaudes larmes. Avec les sanglots et tout (…) On a pleuré 25 fois pendant le film. Je n’ai jamais vu ça. Même Intouchables, je n’ai pas autant pleuré. Si vous regardez le film, préparez les mouchoirs », a-t-il confié sur Snapchat.

Pour ceux qui ont regardé ce chef d’oeuvre, nous vous proposons de revenir sur la fin du film. Après avoir autant entendu parler du « borgne géant » qui aurait vu toute la scène, Ova a décidé de se rendre vers ce fameux gros rocher situé sur une falaise. Elle y croise un déserteur qui peut trouver le moyen de le sauver. Pourtant il fuit au lieu d’aider la petite fille. Seulement voilà, en entendant cela, les détenus vont tout faire pour aider Memo. Entre temps, Mamie meurt en entendant que Ova est partie rejoindre son papa en prison.

Le hic ? Le chef de l’armée ne veut rien entendre et tuer Memo malgré tout. Il n’arrive pas à admettre que sa fille a pu mourir toute seule. Yusuf Aga échange sa place contre celle de Memo en coopération avec le directeur de la prison. Grâce à un accident, il ne voit pas l’identité du pendu.

7-kogustaki-mucize-filmini-kac-kisi-izledi-12526378_o

Mais qui est-il ? Ova a reconnu un arbre sur le dessin sur le mur du prisonnier. C’est à cet endroit que Yusuf Aga aurait enterré sa fille qui allait se marier et donc… peut-être bien la mère de la fillette. Ainsi, il pourrait être son grand père. Il l’aurait assassinée à cause de la honte qu’il ressentait que son enfant fasse sa vie avec un handicapé. De plus, on peut voir qu’il a eu une certaine tendresse lorsqu’il a voulu lui toucher la joue. Mais Memo a pris sa fille dans ses bras afin qu’elle ne s’approche pas de lui… Par peur ? Comme s’il l’avait reconnu ?

S’ajoute à cela, le fait que l’arbre est montré à de nombreuses reprises dans le film comme s’il portait la réponse à tout. Ainsi, on peut deviner que Yusuf Aga pourrait sauver sa famille et se racheter en se sacrifiant. Autre détail, le prisonnier a donné une boîte d’allumettes en aluminium à Ova avant de mourir en précisant qu’il s’agissait de la seule chose qu’il lui restait de sa vie. La date change et on apprend que la peine de mort vient d’être abolie. La mariée est Ova. Elle prend cette fameuse boîte et finit par pleurer. Pense-t-elle à cet homme qui s’est sacrifié pour qu’elle grandisse avec son papa ? Une happy end déchirante malgré tout !

Comments