Ce mercredi 22 mai 2019, le champion du monde Antoine Griezmann est à la Une du magazine Tetu, et le joueur semble décidé à s’engager contre l’homophobie !

Antoine Griezmann continue son combat contre l’homophobie dans le monde sportif. Ce mercredi, le joueur de l’équipe de France est à la Une du magazine “Tetu” et il parle d’une question qui reste très délicate dans le monde du football : «L’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. Et, désormais, si un joueur tient des propos homophobes sur le terrain, je pense que j’arrêterai le match. Parce qu’il faut que ça change». Il affirme être déçu par les agressivités présentes sur les terrains de foot, d’après lui les stades ne «sont pas des endroits très accueillants pour les homosexuels».

Le jeune homme, qui est récemment devenu père pour la deuxième fois ,  révèle que c’est le rôle des parents d’expliquer et d’éduquer leurs enfants sur ce sujet : «d’éduquer nos enfants pour qu’ils grandissent dans un monde moins homophobe et moins sexiste». affirme le numéro 7 de l’équipe de France.

De plus, l’attaquant de l’athélico Madrid affirme que si l’un de ses coéquipiers décidait de faire son coming-out, il sera là pour l’épauler et le soutenir :  «Il n’aura peut-être pas tous les joueurs de l’équipe de France à ses côtés, mais il m’aura, moi».  Par ailleurs, Antoine Griezmann en profite pour raconter l’histoire de l’un de ses proches, qui est son cuisinier, avec qui il discute et  «parle souvent de ses amours, de sa vie. C’est un sujet totalement banal à la maison».«Il est comme moi, il se fout du regard des autres» Sur son compte Instagram, le directeur de la rédaction “Tetue”, Romain Burrel a tenu a remercier Antoine Griezmann, : «un modèle pour des tas de jeunes. Il a accepté tout de suite de parler».

capture-decran-2019-05-22-a-12-16-10

Lors d’une interview en 2017, pour le magazine “ICON” il avait déjà déclaré : «Je pense que ce n’est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Nous avons peur de ce qui pourrait se dire. Je n’ai rien contre, je respecte tout le monde». De ce fait, il avait confié que le sujet était encore tabou dans le monde sportif, car un joueur pouvait être amené à la suite de son coming out, à de multiples insultes de «mauvaises personnes».

Par ailleurs, ce sujet reste très délicat dans le monde sportif, et Antoine Griezmann n’est pas le premier professionnel sportif à s’engager. Olivier Giroud en 2012, avait également fait la Une  pour le magazine “Tetu”, David Beckham avait posé pour le magazine britannique gay “Attitude” en 2002.

De plus, le coéquipier de Antoine Griezmann, Paul Pogba avait pris la parole à l’occasion de la campagne pour “EQUAL”, en effet, UEFA compte bien changer les mentalités : «Chaque joueur est un être humain, et ce qu’il ressent fait partie de sa vie privée. Tout cela n’a pas de rapport avec le joueur, nous devons juste le respecter. S’il vous respecte, vous devez le respecter, c’est tout» avait confié le jeune papa.

Elisa C.

Ce mercredi 22 mai 2019, le champion du monde Antoine Griezmann est à la Une du magazine Tetu, et le joueur semble décidé à s’engager contre l’homophobie !

Antoine Griezmann continue son combat contre l’homophobie dans le monde sportif. Ce mercredi, le joueur de l’équipe de France est à la Une du magazine “Tetu” et il parle d’une question qui reste très délicate dans le monde du football : «L’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. Et, désormais, si un joueur tient des propos homophobes sur le terrain, je pense que j’arrêterai le match. Parce qu’il faut que ça change». Il affirme être déçu par les agressivités présentes sur les terrains de foot, d’après lui les stades ne «sont pas des endroits très accueillants pour les homosexuels».

Le jeune homme, qui est récemment devenu père pour la deuxième fois ,  révèle que c’est le rôle des parents d’expliquer et d’éduquer leurs enfants sur ce sujet : «d’éduquer nos enfants pour qu’ils grandissent dans un monde moins homophobe et moins sexiste». affirme le numéro 7 de l’équipe de France.

De plus, l’attaquant de l’athélico Madrid affirme que si l’un de ses coéquipiers décidait de faire son coming-out, il sera là pour l’épauler et le soutenir :  «Il n’aura peut-être pas tous les joueurs de l’équipe de France à ses côtés, mais il m’aura, moi».  Par ailleurs, Antoine Griezmann en profite pour raconter l’histoire de l’un de ses proches, qui est son cuisinier, avec qui il discute et  «parle souvent de ses amours, de sa vie. C’est un sujet totalement banal à la maison».«Il est comme moi, il se fout du regard des autres» Sur son compte Instagram, le directeur de la rédaction “Tetue”, Romain Burrel a tenu a remercier Antoine Griezmann, : «un modèle pour des tas de jeunes. Il a accepté tout de suite de parler».

capture-decran-2019-05-22-a-12-16-10

Lors d’une interview en 2017, pour le magazine “ICON” il avait déjà déclaré : «Je pense que ce n’est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Nous avons peur de ce qui pourrait se dire. Je n’ai rien contre, je respecte tout le monde». De ce fait, il avait confié que le sujet était encore tabou dans le monde sportif, car un joueur pouvait être amené à la suite de son coming out, à de multiples insultes de «mauvaises personnes».

Par ailleurs, ce sujet reste très délicat dans le monde sportif, et Antoine Griezmann n’est pas le premier professionnel sportif à s’engager. Olivier Giroud en 2012, avait également fait la Une  pour le magazine “Tetu”, David Beckham avait posé pour le magazine britannique gay “Attitude” en 2002.

De plus, le coéquipier de Antoine Griezmann, Paul Pogba avait pris la parole à l’occasion de la campagne pour “EQUAL”, en effet, UEFA compte bien changer les mentalités : «Chaque joueur est un être humain, et ce qu’il ressent fait partie de sa vie privée. Tout cela n’a pas de rapport avec le joueur, nous devons juste le respecter. S’il vous respecte, vous devez le respecter, c’est tout» avait confié le jeune papa.

Elisa C.

Comments