Coralie Porrovecchio s’est mise en couple avec un joueur de football de l’OM suite au tournage des Marseillais vs le reste du Monde 3. La jeune femme a enfin mis fin aux rumeurs en confirmant la nouvelle sur son compte Instagram. 

Coralie Porrovecchio semble avoir définitivement oublié son ex Raphael Pépin qu’elle avait quitté après avoir découvert son infidélité. Eh oui, la belle brune a retrouvé l’amour dans les bras d’un joueur de l’Olympique de Marseille. C’est du moins la folle rumeur qui circulait sur la Toile depuis quelques temps sur la Toile. En ce qui concerne l’identité de l’heureux élu, il s’agit de Boubacar Kamara. Aucun des deux n’avait répondu à cette possible rumeur, ce qui laissait les internautes perplexes.

Tandis que le mannequin répondait aux questions de ses followers sur Instagram, un fan lui a alors demandé si elle était en couple. La jeune belge a décidé de mettre fin au suspense. Sans en dire trop, elle a simplement répondu «OUI » en mentionnant son copain Boubacar. La candidate de télé-réalité a alors entamé une relation très discrète avec son footballeur,sans évoquer la durée exacte de leur histoire.

 

Coralie déçue par W9

Ce n’est pas tout ! Ce jeu de questions-réponses entre elle et ses followers en a surpris plus d’un. En effet, une autre fan lui a demandé si elle comptait participer de nouveau à l’aventure des Marseillais vs le Monde 3, l’année prochaine. Celle-ci a alors répondu : « je ne pense pas ». Il semblerait que Coralie ne soit pas enchantée à l’idée de refaire cette émission. Cela en dit assez long sur son aventure qui semble garder un gout amer. Cette première expérience avec W9, l’a présenté comme une « fille seule ». C’est pourquoi, la production l’a évincé de plusieurs scènes lors du montage. La belle Coralie est surement en train de se remettre de ses émotions au côté de son homme Boubacar. Ce n’est pas la seule candidate de télé-réalité à avoir succomber au charme d’un joueur du ballon rond puisque c’est également le cas de sa copine Mélanie Da Cruz mais également d’Emilie Fiorelli.

 

Comments