Demain soir, le club des Herbiers va affronter le club de la capitale, le Paris Saint-Germain. Une finale à haut risque pour le petit club vendéen, mais beaucoup seront derrière eux au Stade de France. 

Le charme de la Coupe de France est bien réelle cette année, et le petit poucet de la Coupe peut en témoigner ! C’est ce que cette épreuve peut réserver de meilleur. La Coupe offre a tous un espoir de gagner un titre et de jouer contre les grandes équipes de Ligue 1 ou Ligue 2. Pour le foot amateur cette possibilité est unique. Se transcender, gravir les échelons et battre des équipes supérieures, c’est le parcours des Herbiers dans cette compétition. Aujourd’hui, en National il y a de bonnes équipes coachés par de bons entraîneurs. C’est une chance qu’il faut saisir et que le petit poucet a saisit ! D’après l’entraîneur de Lens (Ligue2), : « C’est une équipe qui est bien équilibrée, bien en place, avec de très bons joueurs. Il n’y a pas de réussite. Quand vous gagnez comme ça et que vous allez en finale c’est que vous le méritez. Après, il y a des faits qui font aussi que ça bascule de leur côté. Elle mérite sa qualification contre nous. » Malheureusement la Coupe n’est pas encore acquise pour eux qui devront passer l’ogre parisien qui ne se laissera pas faire pour rafler sa neuvième Coupe de France. En demi-finale, le PSG a joué l’équipe de Caen qui s’est débattu mais qui n’a rien pu faire face aux parisiens qui se sont imposé 3-1. Le chemin vers le trophée sera semé d’embûches pour les Herbiers qui devront se surpasser.

A la veille de la finale, la maire des HerbiersVéronique Besse s’est exprimé à RTL. Elle raconte : »Depuis plusieurs semaines, la ferveur monte, on ne parle plus que de ça. C’est toute une ville qui est derrière sa belle équipe avec ce formidable parcours en Coupe de France. Nous sommes tous impatients d’aller à Paris demain pour en découdre. » La maire sera bien présente demain soir pour soutenir les joueurs de sa ville face aux Paris-Saint Germain qui reste le favori de la compétition.

Sarfati Benjamin

Demain soir, le club des Herbiers va affronter le club de la capitale, le Paris Saint-Germain. Une finale à haut risque pour le petit club vendéen, mais beaucoup seront derrière eux au Stade de France. 

Le charme de la Coupe de France est bien réelle cette année, et le petit poucet de la Coupe peut en témoigner ! C’est ce que cette épreuve peut réserver de meilleur. La Coupe offre a tous un espoir de gagner un titre et de jouer contre les grandes équipes de Ligue 1 ou Ligue 2. Pour le foot amateur cette possibilité est unique. Se transcender, gravir les échelons et battre des équipes supérieures, c’est le parcours des Herbiers dans cette compétition. Aujourd’hui, en National il y a de bonnes équipes coachés par de bons entraîneurs. C’est une chance qu’il faut saisir et que le petit poucet a saisit ! D’après l’entraîneur de Lens (Ligue2), : « C’est une équipe qui est bien équilibrée, bien en place, avec de très bons joueurs. Il n’y a pas de réussite. Quand vous gagnez comme ça et que vous allez en finale c’est que vous le méritez. Après, il y a des faits qui font aussi que ça bascule de leur côté. Elle mérite sa qualification contre nous. » Malheureusement la Coupe n’est pas encore acquise pour eux qui devront passer l’ogre parisien qui ne se laissera pas faire pour rafler sa neuvième Coupe de France. En demi-finale, le PSG a joué l’équipe de Caen qui s’est débattu mais qui n’a rien pu faire face aux parisiens qui se sont imposé 3-1. Le chemin vers le trophée sera semé d’embûches pour les Herbiers qui devront se surpasser.

A la veille de la finale, la maire des HerbiersVéronique Besse s’est exprimé à RTL. Elle raconte : »Depuis plusieurs semaines, la ferveur monte, on ne parle plus que de ça. C’est toute une ville qui est derrière sa belle équipe avec ce formidable parcours en Coupe de France. Nous sommes tous impatients d’aller à Paris demain pour en découdre. » La maire sera bien présente demain soir pour soutenir les joueurs de sa ville face aux Paris-Saint Germain qui reste le favori de la compétition.

Sarfati Benjamin

Comments