didier
didier

15 Juillet 2018. Cette date est à marquer au fer rouge car ce jour, la France a remporté sa deuxième Coupe du Monde de l’histoire. 20 ans après la première le 12 Juillet 1998, les bleus ont à nouveau fait chavirer tout un pays. Grâce à un homme notamment : Didier Deschamps. Ce dernier a tenu malgré tout à régler ses comptes avec ses détracteurs dont un.. Christophe Dugarry.

«La France est championne du monde, c’est qu’on a fait les choses mieux que les autres. J’avais un groupe très jeune, 14 d’entre eux découvraient une Coupe du monde. Ma plus grosse fierté avec ce groupe, c’est qu’ils ont réussi à avoir l’état d’esprit. Je leur rabâche de ne jamais rien lâcher. Tout le temps. Ces qualités mentales et psychologiques ont été déterminantes dans cette Coupe du monde. On n’a pas tout le temps eu la maitrise, mais on a répondu avec le caractère. Est-ce qu’on est un beau champion ? Pfff (il souffle)… On est champion du monde et on sera sur le toit du monde pendant quatre ans.» Voilà les premiers mots de Didier Deschamps en tant que champion du monde entraineur.

Il a aussi tenu à remettre les choses au clair justement compte tenu des critiques faites suite à ses choix de sélectionner certains joueurs et d’en laisser d’autres, c’est le cas de Karim Benzema. Christophe Dugarry, désormais consultant sur RMC et Canal + avait eu des mots dur à l’égard du sélectionneur avant la Coupe du Monde. Didier Deschamps n’a pas oublié et a répondu : « Il ne faut pas exagérer quand même. Quand on franchit la ligne et qu’il n’y a pas un minimum de respect sur le plan humain… Ce n’est pas fini uniquement avec lui. Dugarry ose dire que je prends la France en otage. Cela dépasse l’entendement » avant d’ajouter « Il dit ce qu’il veut, il a son émission radio. On a vécu des choses ensemble donc je sais qu’en termes d’état d’esprit, sincèrement, j’ai vu beaucoup mieux… Si on devait se voir avec Duga, ça ne serait même pas bonjour, bonsoir. Chacun sa route, chacun son chemin. C’est clair « « . DD n’a pas la langue dans sa poche.

Allan Fritah

Comments