À l’occasion de la sortie de son deuxième album solo Jok’Travolta le 29 mars, le rappeur Jok’Air s’est livré dans une interview accordée à Purebreak, évoquant notamment les thèmes présents sur son album comme l’argent, la jalousie, le racisme ou l’amour.

Après son premier album appelé Jok’Rambo, voilà Jok’Travolta, le rappeur originaire du 13ème arrondissement de Paris justifie ce nom par l’admiration qu’il a pour l’acteur américain: « Il représente des influences cinématographiques, des influences artistiques […] c’est un des artistes les plus complets de l’histoire de l’audiovisuel en termes de danse, de chant, d’acting et c’est ce que j’aimerais être, ce mec qui sait tout faire ». Il évoque aussi un des sons phares de son album Le Club des 27 désignant toutes ces stars de la musique mortes à l’âge de 27 ans comme Amy Winehouse, Kurt Cobain ou encore Jimmy Hendrix le rappeur ayant lui même 27 ans actuellement: » Je suis relié à eux par la musique, ce sont des gens qui se sont perdus dans l’alcool, la drogue, le sexe et la chanson […] J’espère pas avoir le même destin tragique mais je me reconnais dans leur manière de vivre, de voir la chanson… »

Un des thèmes important de l’album est le racisme auquel le jeune papa a été confronté et auquel il est toujours confronté aujourd’hui:  » Les gens ont tendance à penser que je parle de racisme de couleur de peau mais je parle plus de classe sociale […] La peau noire souffre, allant de l’amérindien à l’africain, le racisme c’est ma lutte première, j’ai souffert de ça et j’en souffre encore ». L’ancien membre de la MZ parle de sa relation au quartier et à la jalousie que cela peut engendrer:  » Quand on grandit  dans un quartier où les gens ont faim, il suffit que tu sortes un peu la tête de l’eau […] il y aura toujours des personnes qui vont essayer de te tirer vers le bas ».

50995865_713482419046631_4514709929655206906_n

Le rappeur nous parle aussi de son titre Papa où il parle de sa relation avec son père qui était absent pendant son enfance  mais aussi de sa relation avec son fils:  » Quand j’ai écrit le refrain de Papa j’étais en pleurs […] parler de mon fils est quelque chose qui me rend très fier, il fallait que je lui dédie un morceau, il fallait que j’en parle ».

L’album Jok’Travolta est dans les bacs depuis le 29 mars.

 

À l’occasion de la sortie de son deuxième album solo Jok’Travolta le 29 mars, le rappeur Jok’Air s’est livré dans une interview accordée à Purebreak, évoquant notamment les thèmes présents sur son album comme l’argent, la jalousie, le racisme ou l’amour.

Après son premier album appelé Jok’Rambo, voilà Jok’Travolta, le rappeur originaire du 13ème arrondissement de Paris justifie ce nom par l’admiration qu’il a pour l’acteur américain: « Il représente des influences cinématographiques, des influences artistiques […] c’est un des artistes les plus complets de l’histoire de l’audiovisuel en termes de danse, de chant, d’acting et c’est ce que j’aimerais être, ce mec qui sait tout faire ». Il évoque aussi un des sons phares de son album Le Club des 27 désignant toutes ces stars de la musique mortes à l’âge de 27 ans comme Amy Winehouse, Kurt Cobain ou encore Jimmy Hendrix le rappeur ayant lui même 27 ans actuellement: » Je suis relié à eux par la musique, ce sont des gens qui se sont perdus dans l’alcool, la drogue, le sexe et la chanson […] J’espère pas avoir le même destin tragique mais je me reconnais dans leur manière de vivre, de voir la chanson… »

Un des thèmes important de l’album est le racisme auquel le jeune papa a été confronté et auquel il est toujours confronté aujourd’hui:  » Les gens ont tendance à penser que je parle de racisme de couleur de peau mais je parle plus de classe sociale […] La peau noire souffre, allant de l’amérindien à l’africain, le racisme c’est ma lutte première, j’ai souffert de ça et j’en souffre encore ». L’ancien membre de la MZ parle de sa relation au quartier et à la jalousie que cela peut engendrer:  » Quand on grandit  dans un quartier où les gens ont faim, il suffit que tu sortes un peu la tête de l’eau […] il y aura toujours des personnes qui vont essayer de te tirer vers le bas ».

50995865_713482419046631_4514709929655206906_n

Le rappeur nous parle aussi de son titre Papa où il parle de sa relation avec son père qui était absent pendant son enfance  mais aussi de sa relation avec son fils:  » Quand j’ai écrit le refrain de Papa j’étais en pleurs […] parler de mon fils est quelque chose qui me rend très fier, il fallait que je lui dédie un morceau, il fallait que j’en parle ».

L’album Jok’Travolta est dans les bacs depuis le 29 mars.

 

Comments