Le chanteur Kendji Girac a été cité le 27 février au tribunal correctionnel de Créteil dans une affaire de fraude électronique au code de la route. Il l’aurait obtenu avec l’aide d’un boitier électronique qui vibrait en fonction des réponses.

Kendji Girac aurait-il triché pour avoir son permis ? Le chanteur vainqueur de The Voice est selon la justice impliqué avec plus de 300 personnes dans un système de fraude électronique au code de la route. Une famille qui possède quatre auto-écoles est soupçonnée d’avoir mis en place un système de tricherie pour assurer aux élèves d’obtenir leur code de la route.

2048x1536-fit_kendji-girac-scene-16e-ceremonie-nrj-music-awards-13-decembre-2014

Les candidats déboursaient presque 2500 euros (plus de cinq fois le prix de l’examen) pour être équipé d’un boitier qui vibrait pour indiquer la bonne réponse. C’est un complice à l’extérieur de la salle d’examen qui écoutait les questions grâce au téléphone d’un candidat qui envoyait l’impulsion.

Lors de l’audience, Kendji Girac a reconnu les faits : « J’étais en pleine tournée. Quand j’ai su ça, ça m’arrangeait. Je suis allé à l’auto-école avec mon chauffeur. J’ai payé 1500 euros. La conduite c’était réglo: je sais conduire depuis longtemps« .

Le tribunal rendra son jugement le 27 mars prochain.

Le chanteur Kendji Girac a été cité le 27 février au tribunal correctionnel de Créteil dans une affaire de fraude électronique au code de la route. Il l’aurait obtenu avec l’aide d’un boitier électronique qui vibrait en fonction des réponses.

Kendji Girac aurait-il triché pour avoir son permis ? Le chanteur vainqueur de The Voice est selon la justice impliqué avec plus de 300 personnes dans un système de fraude électronique au code de la route. Une famille qui possède quatre auto-écoles est soupçonnée d’avoir mis en place un système de tricherie pour assurer aux élèves d’obtenir leur code de la route.

2048x1536-fit_kendji-girac-scene-16e-ceremonie-nrj-music-awards-13-decembre-2014

Les candidats déboursaient presque 2500 euros (plus de cinq fois le prix de l’examen) pour être équipé d’un boitier qui vibrait pour indiquer la bonne réponse. C’est un complice à l’extérieur de la salle d’examen qui écoutait les questions grâce au téléphone d’un candidat qui envoyait l’impulsion.

Lors de l’audience, Kendji Girac a reconnu les faits : « J’étais en pleine tournée. Quand j’ai su ça, ça m’arrangeait. Je suis allé à l’auto-école avec mon chauffeur. J’ai payé 1500 euros. La conduite c’était réglo: je sais conduire depuis longtemps« .

Le tribunal rendra son jugement le 27 mars prochain.

Comments