Il y a quelques jours, R.Kelly faisait une nouvelle fois polémique à cause d’un documentaire diffusé où plusieurs femmes se confient sur les abus subis par le chanteur. Ayant collaboré avec lui pour le sulfureux titre « Do what you want », la jeune femme a enfin brisé le silence.

Après s’être confié sur ses troubles de l’alimentation, Lady Gaga a décidé de devenir porte-parole autoproclamée des victimes de viol et d’agressions sexuelles après tout ce qu’elle a subi par le passé. Alors forcément, l’artiste de 32 ans a suscité la curiosité du public lorsque le scandale R.Kelly a éclaté sachant qu’elle avait fait un duo avec lui intitulé « Do What You Want » où elle supplie un homme de faire ce « qu’il veut d’elle et de son corps ». En effet, le documentaire Surviving R. Kelly a mis en lumière de nombreuses victimes de l’artiste dont des victimes âgées entre 14 et 17 ans. En 2013, elle avait pris sa défense auprès du Daily Mail en disant: « R. Kelly et moi avons parfois des choses complètement fausses qui sont écrites à notre sujet. D’une certaine façon, cela a créé un lien entre nous ».

Mais la donne a changé comme l’héroine de A Star Is Born l’a prouvé sur sa story Instagram:  « Je soutiens toutes les personnes qui ont été victimes d’agression sexuelle (…) J’ai créé la chanson et la vidéo à un moment sombre de ma vie. Mon intention était de créer quelque chose d’extrêmement provocateur parce que j’étais en colère et que je n’avais toujours pas traité le traumatisme survenu dans ma propre vie. Si je pouvais revenir en arrière et parler avec ma jeune personne, je lui dirais de suivre la thérapie que je suis depuis lors, afin que je puisse comprendre l’état confus post-traumatique dans lequel je me trouvais. Ou si la thérapie n’était pas accessible pour moi ou pour toute personne dans ma situation, demander de l’aide et parler aussi ouvertement et honnêtement que possible de ce que nous avons vécu. Je ne peux pas revenir en arrière, mais je peux continuer à soutenir les femmes, les hommes et les personnes de toutes identités sexuelles et de toutes races, victimes d’agressions sexuelles. J’ai l’intention de supprimer cette chanson de iTunes et des autres plateformes de diffusion en continu et je ne travaillerai plus avec lui. Je suis désolée, à la fois pour mon mauvais jugement lorsque j’étais jeune et pour ne pas avoir parlé plus tôt. Je vous aime ».

Il y a quelques jours, R.Kelly faisait une nouvelle fois polémique à cause d’un documentaire diffusé où plusieurs femmes se confient sur les abus subis par le chanteur. Ayant collaboré avec lui pour le sulfureux titre « Do what you want », la jeune femme a enfin brisé le silence.

Après s’être confié sur ses troubles de l’alimentation, Lady Gaga a décidé de devenir porte-parole autoproclamée des victimes de viol et d’agressions sexuelles après tout ce qu’elle a subi par le passé. Alors forcément, l’artiste de 32 ans a suscité la curiosité du public lorsque le scandale R.Kelly a éclaté sachant qu’elle avait fait un duo avec lui intitulé « Do What You Want » où elle supplie un homme de faire ce « qu’il veut d’elle et de son corps ». En effet, le documentaire Surviving R. Kelly a mis en lumière de nombreuses victimes de l’artiste dont des victimes âgées entre 14 et 17 ans. En 2013, elle avait pris sa défense auprès du Daily Mail en disant: « R. Kelly et moi avons parfois des choses complètement fausses qui sont écrites à notre sujet. D’une certaine façon, cela a créé un lien entre nous ».

Mais la donne a changé comme l’héroine de A Star Is Born l’a prouvé sur sa story Instagram:  « Je soutiens toutes les personnes qui ont été victimes d’agression sexuelle (…) J’ai créé la chanson et la vidéo à un moment sombre de ma vie. Mon intention était de créer quelque chose d’extrêmement provocateur parce que j’étais en colère et que je n’avais toujours pas traité le traumatisme survenu dans ma propre vie. Si je pouvais revenir en arrière et parler avec ma jeune personne, je lui dirais de suivre la thérapie que je suis depuis lors, afin que je puisse comprendre l’état confus post-traumatique dans lequel je me trouvais. Ou si la thérapie n’était pas accessible pour moi ou pour toute personne dans ma situation, demander de l’aide et parler aussi ouvertement et honnêtement que possible de ce que nous avons vécu. Je ne peux pas revenir en arrière, mais je peux continuer à soutenir les femmes, les hommes et les personnes de toutes identités sexuelles et de toutes races, victimes d’agressions sexuelles. J’ai l’intention de supprimer cette chanson de iTunes et des autres plateformes de diffusion en continu et je ne travaillerai plus avec lui. Je suis désolée, à la fois pour mon mauvais jugement lorsque j’étais jeune et pour ne pas avoir parlé plus tôt. Je vous aime ».

Comments