L’Affaire SK1 ou le film qui revient sur l’affaire la plus complexe du 36 Quai des Orfèvres, qui a mobilisé 4000 policiers dans toute la France durant sept longues années d’enquête. Une histoire vraie adaptée en polar par le réalisateur français Frédéric Tellier.

star-24-Tv-affaire-SK1-1

Déjà présenté lors de plusieurs festivals en France, L’Affaire SK1 revient sur l’enquête et le procès autour d’un des tueurs en série à la personnalité des plus complexes. Surnommé « le tueur de l’est parisien », Guy George est le premier serial killer dont on possède l’empreinte génétique d’où le nom « SK1 » (serial killer numéro 1).

La multiplication des méthodes scientifiques dans les années 1990 a grandement facilité le travail des enquêteurs. Le long-métrage ne s’attarde pas sur la personnalité du tueur en série, bien qu’indissociable à l’enquête, mais suit les policiers du 36 Quai des Orfèvres dans leurs investigations.

Synopsis officiel :

Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 Quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

L’idée d’un tel film est venue du réalisateur lui-même, qui, suite au viol d’une de ses amies, s’est intéressé à l’histoire macabre de Guy George. Avec l’aide du producteur Julien Madon, Frédéric Tellier a fait des recherches documentaires pendant 6 ans, puis s’est attardé sur l’écriture du scénario pendant 3 ans. 10 ans de travail ont été nécessaires pour nous livrer un chef-d’œuvre qui réussit l’exploit de nous tenir en haleine du début à la fin.

Au casting, on retrouve des acteurs formidables. Raphaël Personnaz (vu dans La Princesse de Montpensier) sera dans la peau de Franck Magne et Nathalie Baye (Lou ! Journal infime) dans celle de Frédérique Pons. Olivier Gourmet (Deux jours, une nuit) campera Bougon et Christa Theret (LOL (Laughing Out Loud)) incarnera Elisabeth Ortega. Le beau Thierry Neuvic (Sherlock Holmes : Jeu d’ombres) interprétera le personnage de Jensen, et enfin William Nadylam (Plus belle la vie) celui de l’avocat de Guy George.

Le film sortira dans les salles obscures le 7 janvier prochain !

Antonin

L’Affaire SK1 ou le film qui revient sur l’affaire la plus complexe du 36 Quai des Orfèvres, qui a mobilisé 4000 policiers dans toute la France durant sept longues années d’enquête. Une histoire vraie adaptée en polar par le réalisateur français Frédéric Tellier.

star-24-Tv-affaire-SK1-1

Déjà présenté lors de plusieurs festivals en France, L’Affaire SK1 revient sur l’enquête et le procès autour d’un des tueurs en série à la personnalité des plus complexes. Surnommé « le tueur de l’est parisien », Guy George est le premier serial killer dont on possède l’empreinte génétique d’où le nom « SK1 » (serial killer numéro 1).

La multiplication des méthodes scientifiques dans les années 1990 a grandement facilité le travail des enquêteurs. Le long-métrage ne s’attarde pas sur la personnalité du tueur en série, bien qu’indissociable à l’enquête, mais suit les policiers du 36 Quai des Orfèvres dans leurs investigations.

Synopsis officiel :

Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 Quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

L’idée d’un tel film est venue du réalisateur lui-même, qui, suite au viol d’une de ses amies, s’est intéressé à l’histoire macabre de Guy George. Avec l’aide du producteur Julien Madon, Frédéric Tellier a fait des recherches documentaires pendant 6 ans, puis s’est attardé sur l’écriture du scénario pendant 3 ans. 10 ans de travail ont été nécessaires pour nous livrer un chef-d’œuvre qui réussit l’exploit de nous tenir en haleine du début à la fin.

Au casting, on retrouve des acteurs formidables. Raphaël Personnaz (vu dans La Princesse de Montpensier) sera dans la peau de Franck Magne et Nathalie Baye (Lou ! Journal infime) dans celle de Frédérique Pons. Olivier Gourmet (Deux jours, une nuit) campera Bougon et Christa Theret (LOL (Laughing Out Loud)) incarnera Elisabeth Ortega. Le beau Thierry Neuvic (Sherlock Holmes : Jeu d’ombres) interprétera le personnage de Jensen, et enfin William Nadylam (Plus belle la vie) celui de l’avocat de Guy George.

Le film sortira dans les salles obscures le 7 janvier prochain !

Antonin

Comments