Interviewé auprès de Paris Match, Mike Horn relève un moment dur de sa vie. Lorsque sa femme morte lui sauve la vie.  

Mike horn est connu pour être une aventurier hors pair. Toujours dans les quatre coins du monde, à la découverte de nouveauté et du dépassement de soi.  Alors qu’il racontait il y a peu lors de l’émission The Island Célébrités, avoir dû se couper les doigts, alors congeler,  par le froid.  C’est tout récemment que l’homme a fait une grande révélation sur sa vie.  Et c’est dans les colonnes du magazine Paris Match, que Mike Horn raconte tout. En janvier 2017, l’explorateur, décide de traverser l’Antarctique en solitaire. Un rêve pour lui. Mais alors qu’il avait déjà parcouru 4300 kilomètres, et qu’il était à 800 kilomètres du but, Mike Horn a évité le pire grâce à l’aide de sa femme. Alors que les températures sont d’environ de -45 degrés, rien ne va plus pour ce dernier.  « Je fais le point, j’essaye de minimiser les dégâts mais après plus d’un mois je suis fatigué. (…) Mon épaule est luxée. Ici, au milieu de nulle part, personne ne viendra me secourir, tandis que j’ai promis à ceux que j’aime de revenir vivant. Je n’ai pas le choix. Régulièrement catapulté dans les airs, plaqué sur les chicanes de glace, j’avais jusqu’ici tenu bon, m’extirpant des crevassesMais une partie de mon corps ne répond plus, et les cordages de Kevlar m’emprisonnent. »  Tandis que l’homme est totalement à bout et presque en train de mourir, une seule chose l’a aidé à tenir… Sa femme décédée deux ans plus tôt. « Je repense à sa voix… ‘Vis pour moi… Vis pour nous deux… Tendu sur cette immensité blanche, épuisé, ce serait si facile d’être lâche, de me laisser mourir. Mais Cathy m’a légué la responsabilité de continuer à aimer et à guider nos enfants. L’amour que j’éprouve pour mes filles me confère une énergie redoutable. »  Alors dans une douleur extrême Mike Horn a réussi à puiser dans les dernières ressources de son corps pour terminer cette expédition dix jours plus tard. Il ajoute ensuite: « Ce jour-là, c’est bien la force de vie de ma femme qui a sauvé la mienne.« 

L.Marry

Interviewé auprès de Paris Match, Mike Horn relève un moment dur de sa vie. Lorsque sa femme morte lui sauve la vie.  

Mike horn est connu pour être une aventurier hors pair. Toujours dans les quatre coins du monde, à la découverte de nouveauté et du dépassement de soi.  Alors qu’il racontait il y a peu lors de l’émission The Island Célébrités, avoir dû se couper les doigts, alors congeler,  par le froid.  C’est tout récemment que l’homme a fait une grande révélation sur sa vie.  Et c’est dans les colonnes du magazine Paris Match, que Mike Horn raconte tout. En janvier 2017, l’explorateur, décide de traverser l’Antarctique en solitaire. Un rêve pour lui. Mais alors qu’il avait déjà parcouru 4300 kilomètres, et qu’il était à 800 kilomètres du but, Mike Horn a évité le pire grâce à l’aide de sa femme. Alors que les températures sont d’environ de -45 degrés, rien ne va plus pour ce dernier.  « Je fais le point, j’essaye de minimiser les dégâts mais après plus d’un mois je suis fatigué. (…) Mon épaule est luxée. Ici, au milieu de nulle part, personne ne viendra me secourir, tandis que j’ai promis à ceux que j’aime de revenir vivant. Je n’ai pas le choix. Régulièrement catapulté dans les airs, plaqué sur les chicanes de glace, j’avais jusqu’ici tenu bon, m’extirpant des crevassesMais une partie de mon corps ne répond plus, et les cordages de Kevlar m’emprisonnent. »  Tandis que l’homme est totalement à bout et presque en train de mourir, une seule chose l’a aidé à tenir… Sa femme décédée deux ans plus tôt. « Je repense à sa voix… ‘Vis pour moi… Vis pour nous deux… Tendu sur cette immensité blanche, épuisé, ce serait si facile d’être lâche, de me laisser mourir. Mais Cathy m’a légué la responsabilité de continuer à aimer et à guider nos enfants. L’amour que j’éprouve pour mes filles me confère une énergie redoutable. »  Alors dans une douleur extrême Mike Horn a réussi à puiser dans les dernières ressources de son corps pour terminer cette expédition dix jours plus tard. Il ajoute ensuite: « Ce jour-là, c’est bien la force de vie de ma femme qui a sauvé la mienne.« 

L.Marry

Comments