Mort d’Emiliano Sala: Les tristes confidences de l’entraîneur du FC Nantes

0
148

A l’occasion de la demi-finale de Coupe de France contre le PSG, l’entraîneur du FC Nantes Vahid Halilhodzic est revenu ce lundi 1er avril sur la disparition tragique d’Emiliano Sala dans un entretien accordé au Parisien.

Deux mois après le décès d’Emiliano Sala dont le corps avait été retrouvé sans vie à l’intérieur d’un avion au fond de la Manche alors qu’il rejoignait son nouveau club au Pays de Galles, son ancien entraîneur se confie avec beaucoup d’émotions sur la manière dont il a vécu la tragédie et sur la relation qu’il entretenait avec son joueur. « On a vécu un moment terrible et inimaginable. Le pire, cela a été l’attente entre l’accident et la découverte du corps. Cet espoir qu’on a entretenu nous a finalement épuisés. Quelque part, j’aurais préféré le savoir tout de suite. Cela aurait été moins dur. Aujourd’hui, ma mémoire est très douloureuse. L’organisation du club en a été bouleversée pendant des semaines. Chaque jour, j’arrive à 7h30 et je repars à 20 heures. Tout ce temps, je pense à lui. J’ai mis sa photo dans mon bureau mais elle est aussi dans mon cœur », a-t-il raconté au Parisien. 

vahid-halilhodzic-tient-a-emiliano-sala_242573

Avant d’ajouter: « Perdre Sala a été comme perdre mon fils ». L’entraineur avait une relation particulière avec son joueur qu’il considérait comme un membre de sa famille et qui avait milité pour le garder au club «  Quand j’ai signé ici, il a été le premier joueur à venir me voir pour me parler de ses difficultés devant le but. Quand il est venu dire au-revoir à l’équipe avant de reprendre son avion, on s’est isolés à quelques mètres d’ici. Il m’a remercié de la bonne relation qu’on avait eue. Je lui ai dit :  » Bonne chance à Cardiff ! » Le lendemain, on m’a dit que son avion avait disparu. Un choc terrible »…

Pour rappel, de nombreux footballeurs s’étaient engagés en finançant les recherches pour aider à retrouver le sportif argentin.