Xavier Delarue est connu pour avoir participé à la première saison de Secret Story avec sa femme Tatiana. Après l’annonce de la fin du programme du groupe TF1, il a réagi !

Cela fait déjà quelques semaines qu’une triste nouvelle à fait son apparition dans les médias. Eh oui Secret Story c’est fini… Il y a quelques jours, on pouvait même apercevoir la célèbre maison des secrets complétement détruite. Ainsi, la page de Secret Story s’est définitivement tournée. De nombreux candidats ont été déçu par cette annonce ainsi que les fans du programme. C’était donc une occasion pour Xavier Delarue, l’un des premiers candidats emblématiques de l’émission, de s’exprimer sur cet événement. C’est lors d’une interview accordée à Toutelatélé qu’il se confie. Le mari de Tatiana Laurence a commencé par comparer l’évolution de l’émission au cour des saisons. Il raconte :  » Cela annonce l’arrêt d’une génération de la télé d’enfermement. Secret Story a été un format hyper viral et populaire. Lorsque j’y ai participé, elle était plus dans la spontanéité. En saison 1, on avait un vrai live (…) Je ne ferais pas de comparaison entre Benjamin Castaldi et Christophe Beaugrand parce que ce sont deux générations totalement différentes. Benjamin Castaldi a évolué sans les réseaux sociaux, tandis que Christophe Beaugrand est arrivé à un moment où on peut tout spoiler. Si Secret Story a très bien fonctionné à ses débuts, c’est parce qu’il n’y avait pas d’information naissante sur internet. « 

Si le beau gosse de 40 ans semble déçu de l’évolution de la télé-réalité, il affirme même que Secret Story était unique en son époque. Il poursuit :  » À ce moment-là, il fallait attendre un an pour voir une télé-réalité. Il n’y en avait pas trois, quatre de suite. Secret Story a fait face à la montée de la concurrence ces cinq dernières années. C’est une consécration que ça s’arrête au bout de onze saisons ! « . Après avoir participé à différents programmes comme l’Ile des vérités et Friendstrip, l’ancien basketteur s’est lancé dans une carrière d’acteur.

Lisa Herrera

Comments