Jeremstar se plonge dans un bain de sang pour la cause animale

il y a 8 mois - Article rédigé par la rédaction du magazine Star24

Si Jeremstar a dit adieu aux interviews dans sa baignoire pour se recentrer sur des sujets moins trashs, le vidéaste a décidé de renouer avec cet objet phare de ses débuts pour une cause on ne peut plus noble.

En effet, l'influenceur lutte pour la cause animale depuis maintenant plusieurs mois pour la PETA. L'une de ses premières actions s'est déroulée sur les Champs Elysées lorsqu'il s'est rendu devant la boutique Louis Vuitton avec un serpent dépecé pour demander l'arrêt de l'utilisation des peaux exotiques dans la mode.

Conscient du mal subi par les animaux notamment pour effectuer des tests pour les cosmétiques ainsi que des produits sanitaires tels que les shampoings et gels douches, Jeremstar a décidé d'agir ce vendredi 11 mars 2022 en se plongeant dans un bain de sang à la place de la Bastille.

Sans compter le message fort délivré par ces images, Jeremstar a surtout voulu encourager les gens à à signer une pétition "Pour des cosmétiques sans cruauté" lancée par PETA ainsi que Dove, The Body Shop et plus de 100 associations de défense des animaux unies pour demander à l’Union européenne de maintenir et de renforcer son interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques.

"Cette interdiction était la promesse d’une Europe dans laquelle les animaux ne sont plus torturés et tués pour des cosmétiques, mais cette promesse n’a pas été tenue. L’Agence européenne des produits chimiques continue d’exiger l’utilisation de milliers de lapins, de rats, de poissons et d’autres animaux dans les tests d’ingrédients cosmétiques. Cela est absurde et nous avons besoin que toute personne opposée à cette cruauté insensée signe l’initiative adressée à la Commission Européenne pour une science éthique, moderne et sans animaux" a déclaré Iris Douzet, porte-parole de PETA France.

Un combat puissant que Jeremstar compte mener jusqu'au bout comme il le fait pour le harcèlement en ligne depuis plusieurs années.

Crédits photos : Thomas Saidi.

Articles similaires