Anaïs Camizuli : son harceleuse condamnée et sous bracelet

il y a 2 mois - Article rédigé par la rédaction du magazine Star24

Ce n'est pas tous les jours facile d'être médiatisé et Anaïs Camizuli l'a découvert à ses dépens. Depuis plusieurs années, une jeune femme s'en prend régulièrement à la candidate de télé-réalité et à son entourage. D'ailleurs, elle avait évoqué son harcèlement au micro de Jeremstar complètement à bout.

Cette histoire a été portée devant la justice même si le procès a été repoussé à plusieurs reprises. Fort heureusement, la maman de Kessi peut désormais souffler. En effet, l'audience s'est clôturée en sa faveur. En effet, son harceleuse a été condamnée par la justice.

Soulagée, Anaïs Camizuli s'est exprimée à la sortie du tribunal auprès de son avocat. "C’est tombé maintenant à l’instant, ça, c’est derrière toi Anaïs, je suis content. Ben voilà, écoutez maintenant la leçon qu’il faut retenir, c’est qu’il faut arrêter de harceler les gens, il faut arrêter d’envoyer des messages malveillants. Ce n’est pas parce qu’on est sur les réseaux sociaux que finalement, on doit subir tout et n’importe quoi. Ben ça condamne, 2 ans d’emprisonnement, interdiction d’entrer en contact avec la victime, obligation de soins et une exécution provisoire immédiate. La peine est lourde, et je pense qu’Anaïs est satisfaite", a-t-elle lâché.

Puis, la BFF d'Eddy Flow a repris la parole en story Instagram et a écrit : "2 ans et demi de combat pour toi, pour nous ma fille. Maman ne lâchera jamais rien et maman ne laissera jamais personne te faire du mal de près ou de loin. 2 ans et demi sans dormir, sortir et vivre normalement. Tout ça, c’est terminé. Merci encore @cabinetseroussi, la justice et merci la vie...".

Une psychologue a analysé le profil de cette fameuse Marina qui purge une peine de deux ans de prison ferme et sous bracelet électronique. "Elle ne souffre d’aucune pathologie. Elle présente toutefois une personnalité dont la dangerosité interroge étant donné qu’elle a multiplié les passages à l’acte", a révélé la spécialiste.

Tout aurait commencé devant chez elle un soir à trois heures du matin sous la pluie. "Au départ, je l’ai prise avec sympathie. Elle faisait des cadeaux à moi et ma sœur mais ensuite, ça a dégénéré. Je la voyais partout où j’allais et même en face de chez moi. Elle avait même tenté de se faire embaucher dans la crèche de ma fille", s'est souvenue l'influenceuse. Marina s'en serait également pris à l'humoriste Inès Reg. Justice a donc enfin été faite.

Articles similaires